Rechercher

L’EXISTENCE DE DIEU, QU’EN PENSENT LES SCIENTIFIQUES?

Mis à jour : févr. 24


La question de l’existence de Dieu est la plus pratique des questions les plus fondamentales. Elle a fait naître bon nombre de théories que ce soit dans les domaines scientifiques, philosophiques, théologiques et autres. En ce sens, cet article prend en compte l’approche des scientifiques eu égard aux considérations faites sur l’existence de la personne de Dieu. Pour ce, il est inutile de s’attarder sur les différentes théories scientifiques qui veulent que Dieu soit l’objet de leur étude d’expérimentation pour donner le feu vert à son existence, mais plutôt aux récentes découvertes scientifiques admettant que l’Univers a un début. Donc, s’il a un commencement, il serait donc correct de supposer qu’il y a un esprit supérieur derrière toute cette machinerie bien ordonnée qu’est l’Univers et montrer que ces incroyables découvertes prouvées scientifiquement ou non pointent vers un être indéniable, absolu et créateur qui ne peut être que Dieu.

Selon Georges Smoot, astrophysicien et cosmologiste, lauréat du Prix Nobel de physique en 2006, nous ne sommes pas le résultat d’un simple accident cosmique, ni le résultat fortuit d’un enchainement de processus physique dans un Univers qui nous écrase complètement[1]. Dans ce cas, s’il ne s’agit pas d’un simple accident cosmique, d’où vient l’Univers?


En 1878, le physicien Ludwig Boltzmann, père de la physique statique, pour expliquer l’origine de l’Univers, a découvert une formule mathématique S=k.lnΩ où il a soutenu que tout dans la nature est mystérieusement chiffré, calculé, ordonné, voire codé. En appliquant sa formule à l’Univers tout entier, il en ressortait qu’il n’est pas éternel, mais a eu un commencement. Or, quant aux scientifiques de l’époque de Boltzmann, ils considéraient l’Univers comme acquis et le supposaient éternel. Mais, dans les années 1920, avec une découverte surprenante de l’astrophysicien belge, Georges Lemaître : un Univers en expansion, il a conclu que l’Univers n’avait pas toujours été stable et statique à cause du pressenti de l'existence du rayonnement cosmologique diffus au moment de la naissance de l’Univers. Autrement dit, Lemaître conçoit l'Univers avec un commencement (une explosion initiale qui s'appellera bientôt le Big Bang). De plus, les physiciens Audrey Mithani et Alexander Vilenkin, ayant évalué dans leurs recherches « Did the Universe have a beginning? » trois scénarios censés prouver un Univers éternel, sont arrivés à la conclusion que l’Univers a eu un commencement.


Par ailleurs, aucun scientifique n’est sans savoir que l’Univers est réglé par des lois physiques. En ce sens, tous les scientifiques, sans exception aucune, admettent qu’il existe quatre forces fondamentales qui dirigent l’Univers : la force de gravitation, la force électromagnétique, les forces nucléaires forte et faible. Tout ce qui nous entoure ne pourrait exister sans ces quatre forces. Ces dernières dictent toutes les lois de la physique et gouvernent tout l’Univers. Et de ces forces surgissent des chiffres dont le réglage apparent semble quasi surnaturel, car ces constantes-là prennent des valeurs tellement précises. À contrario, l’Univers lui-même, et rien de tout ce qui existe n’aurait la moindre chance d’exister. En ce sens, Stephen Hawking, physicien théoricien et cosmologiste, dans son livre Brève histoire du temps, a écrit : « Les lois de la science, telles que nous les connaissons actuellement, contiennent certains nombres fondamentaux, comme la charge électrique de l’électron ou encore le rapport des masses du proton et de l’électron …Ce qui est remarquable, c’est que la valeur de ces chiffres semble avoir été très finement ajustée pour rendre possible le développement de la vie[3].»


De par ces mots, le savant veut signifier que, si tout est aussi bien équilibré pour que la vie soit possible, rien n’a été fait au hasard. Ensuite, il a continué pour affirmer qu’il a calculé que si la vitesse d’expansion de l’Univers une seconde après le Big bang avait été plus courte d’un pour cent mille millions de millions, l’Univers se serait transformé en boule de feu[4]. Cette précision, au niveau de l’Univers, est si extraordinaire mathématiquement qu’il serait complètement absurde de penser que cela provienne d’un accident. En outre, Einstein, bien présent sur ce terrain, eût à dire : « L’idée que l’ordre et la précision de l’Univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle est aussi peu crédible que si, après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient par terre dans l’ordre du dictionnaire[5].»


Encore une fois, c’est une façon claire pour ce dernier d’extirper toute supposition que le hasard pourrait calculer l’ordre régnant dans l’Univers, et d’affirmer qu’il y a une cause intelligente à la base de tout ceci. Donc, ce qui choquait autrefois les scientifiques est maintenant accepté : notre Univers n’a pas toujours existé, il fut créé à un moment donné! Ainsi, l’Univers doit donc avoir une cause très puissante, capable de le créer. Le théoricien physicien, Alexander Polyakov, à son tour, affirmait que : «Nous savons que la nature est décrite par la meilleure de toutes les mathématiques possibles, parce que Dieu l’a créée[7]». Et, cet avis fut exprimé par d’autres scientifiques révélant que l’Univers est l’expression de la pensée de Dieu. Ainsi, Einstein disait : « Je veux savoir comment Dieu a créé le monde. Je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène, tel ou tel élément Je veux connaitre la pensée de Dieu ; le reste n’est que détails. ». Et Hawking, se questionnant sur le pourquoi de l’existence de l’Univers dans sa Brève histoire du temps, disait que si nous trouvons la réponse au pourquoi, ce sera le triomphe ultime de la raison humaine – à ce moment, nous connaitrons la pensée de Dieu.


Pour Freeman Dyson, collègue de James Peebles, prix Crafoord d’astronomie 2005, déclare que « le défi est de lire la pensée de Dieu[8] », pour savoir pourquoi l’Univers existe et comment il a été créé. Dans ce contexte, l’astrophysicien Hugh Ross défend l’existence d’un créateur de l’Univers qui soit au-dessus de toutes dimensions physiques en ces termes : le temps, par définition, est la dimension dans laquelle le phénomène cause-effet se produit. S'il n’y a pas de temps, il n’a pas de cause ni d’effet. Si le temps commence avec la création de l’Univers, comme il est dit dans le "théorème de l'espace-temps", alors la cause de la création de l’Univers se doit d’être une quelconque entité qui opère dans une dimension temporelle complètement indépendante et, préexistante de la dimension temporelle du cosmos... Cela voudrait dire que le Créateur est transcendant, et qu’Il opèrerait au-delà des limites dimensionnelles de l’Univers. Cela suggère que Dieu ne soit ni l’Univers en soi, ni contenu dans l’Univers. Pour beaucoup de scientifiques, la plus haute vocation de l’entreprise scientifique : c’est être dédié aux pensées de Dieu[10]. C’est le cas de : Isaac Newton, le fondateur de la physique classique, Louis Pasteur, le fondateur de la microbiologie, Nicolas Copernic, le fondateur de la cosmologie héliocentrique, etc.


Tout au long de l’histoire de l’humanité, nous avons remarqué que la science a beaucoup évolué. Cependant, elle ne peut s’ériger en maître quant à ses conclusions sur la question de l’existence de Dieu. Elle ne peut que le révéler en tenant compte des faits et des récentes découvertes scientifiques. En effet, si les scientifiques sont tous d’accord que tout ce qui vient à l’existence a une cause qui n’est pas le hasard, alors l’Univers a donc une cause … et la cause surnaturelle doit-être un être qui n’a aucune cause, invariable, immatériel et en dehors du temps. En outre, c’est ce qu’un auteur a pu arguer quand il affirme que l’Univers n’est pas né dans le temps mais avec le temps[11]. De même, Einstein a soutenu que s’il existe une ère avant la création de l’espace, du temps et de la matière, une ère avant le big bang, celle-ci ne relève plus de la science mais plutôt de la quête métaphysique.


Tout ceci ne fait qu’attester l’évidence que tout pointe vers un créateur – le Créateur. Ainsi pourrait-on se demander qui est à l’origine de Dieu? Le principe est que tout ce qui commence à exister doit avoir une cause. Étant donné que Dieu n’a jamais commencé d’exister, il n’a besoin d’aucune cause. Il n’est tout simplement jamais venu à l’existence[12]. Dieu est Éternel. Ce pourquoi bon nombre d’entre les scientifiques ne cessent de chercher à déceler ou à connaitre les pensées de ce Dieu créateur qui a toujours été à l’origine de toutes choses.



Rosemond SAINT-PAULIN

Secrétaire Général de Standing 4 Christ Ministry

Certifié de RZIM,


Références


[1] K. D. Georges Smoot, Les rides du temps : L’univers, trois cent mille ans après le Big Bang. Paris: coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique », 1994.

[2] I. et G. BOGDANOV, Le Code secret de l’univers. Albin Michel, 2015.

[3] S. Hawking, “A brief History of Time,” Flammarion., Bantam Books, 1988, p. 1989.

[4] L. STROBEL, Plaidoyer pour la foi -, Vida. France: Présence Graphique-Monts, 2002.

[5] I. et G. BOGDANOV, La fin du hasard. Grasset & Fasquelle, 2013.

[6] I. et G. BOGDANOV, Le visage de Dieu. Grasset & Fasquelle, 2010.

[7] I. et G. BOGDANOV, Le visage de Dieu-. Grasset & Fasquelle, 2010.

[8] F. Dyson, Infinite in All Directions. New York: Harper & Row, 1988.

[9] L. STROBEL, Plaidoyer pour la foi, Vida. France: Présence Graphique-Monts, 2002.

[10] C. Ray, Faits scientifiques dans la Bible : 100 raisons de croire à l'origine surnaturelle de la Bible. 2001.

[11] I. et G. BOGDANOV, Le visage de Dieu. Grasset & Fasquelle, 2010.

[12] L. STROBEL, Plaidoyer pour la foi., Vida. France: Présence Graphique-Monts, 2002.

18 vues

Posts récents

Voir tout

LA NÉCESSITÉ DE L’APOLOGÉTIQUE DANS LES ÉGLISES LOCALES

Il est évident que nous vivons l’époque la plus folle de l'histoire en ce qui concerne les croyances religieuses. Les savants appelleraient cette période de notre histoire l'ère postmoderne, l'époque