Mai 2019
PREMIERE PARTIE
 
L'EXISTENCE DE DIEU, QU'EN PENSENT LES SCIENTIFIQUES?

I - Considérations sur la Personne de Dieu

Nul ne peut faire de considérations sur la personne de Dieu sans se référer au prime abord à la question de l’existence même de Dieu. La question de l’existence de Dieu est la plus pratique des questions les plus fondamentales[1]. Elle fait couler beaucoup d’encre et a fait naître bon nombre de théories à propos, que ce soit dans les domaines scientifiques, philosophiques, théologiques et autres. En ce sens, nous allons voir ce que pensent certains grands scientifiques et philosophes, et de surcroît, le point de vue développé dans la Bible à ce sujet. De cette manière, pour faciliter la compréhension des lecteurs, comme disait d’ailleurs Nicolas Boileau : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement ... », nous tenons à diviser ce travail en plusieurs articles indépendants quant aux cohérences de chaque contenu, mais gardant tout de même une suite logique quant aux idées qui seront développées. Le tout premier de cette série prend en compte l`approche des scientifiques eu égard aux considérations faites sur la personne de Dieu.

 

          I.1 Origine de l’Univers

Dans cette section, nous n’allons pas nous attarder sur les différentes théories scientifiques qui veulent que Dieu soit l’objet de leur étude d’expérimentation pour donner le feu vert à son existence, car Dieu n’est pas une chose et ne peut-être encore moins un objet d’étude en laboratoire puisque l’on peut expérimenter sa personne dans la vie de tous les jours. Cependant, nous nous intéresserons aux récentes découvertes scientifiques admettant que l’Univers a un début. Et, toute personne sensée conviendrait que tout ce qui vient à l’existence devrait être créé par une autre entité. Ainsi, si tout a un commencement, il serait donc correct de penser ou de supposer qu’il y a un esprit supérieur derrière toute cette machinerie bien ordonnée qu’est l’Univers, quant aux lois physiques et autres qui le gouvernent avec des précisions hallucinantes. Notre souci, dans ce papier, consiste à montrer que ces incroyables découvertes prouvées scientifiquement ou non pointent vers un être indéniable, absolu et créateur qui ne peut être que Dieu.

                    I.1.1 Quid d’un « Scientifique »?

Un scientifique, anciennement appelé « savant », est un homme ou une femme de science. Il est un chercheur qui effectue un travail de recherche répondant aux exigences d’objectivité, de méthode[i], de précision de la science avec rigueur, et surtout qui publie régulièrement des résultats concrets, vérifiables et réfutables[2].

Ce schéma illustre bien le processus de production des connaissances scientifiques, même s’il varie entre les disciplines scientifiques, mais elles suivent toutes le même principe : observer – prévoir – tester – généraliser[3].  

                    I.1.2 Quelques considérations des scientifiques sur l’origine de l’Univers et la

                              personne de Dieu

Selon Georges Smoot, astrophysicien et cosmologiste[ii], lauréat du Prix Nobel de physique en 2006, a énoncé que nous ne sommes pas le résultat d’un simple accident cosmique, ni le résultat fortuit d’un enchainement de processus physique dans un Univers qui nous écrase complètement[1]. Dans ce cas, s’il ne s’agit pas d’un simple accident cosmique, d’où vient l’Univers? D’où venons-nous?

 

Déjà, en 1878, le physicien Ludwig Boltzmann, considéré comme le père de la physique statique, dans sa recherche d’un code secret pouvant expliquer l’origine de l’Univers, avait découvert une formule mathématique pour nous parler de l’entropie[iii]. Entre autres, pour Boltzmann, comme pour Galilée, pas le moindre doute : la réalité dans laquelle nous vivons est d’essence mathématique[2]. De par son équation, il a soutenu que tout dans la nature est mystérieusement chiffré, calculé, ordonné, voire codé. Et, en appliquant sa formule à l’Univers tout entier, il en ressortait deux choses. L’une d’entre elles était d’affirmer que l’Univers n’est pas éternel, mais qu’il a eu un commencement.

 

Il faut donc concéder qu’autrefois de telles questions étaient plutôt l’apanage des philosophes et des théologiens. Quant aux scientifiques, ils considéraient l’univers comme acquis et beaucoup d’entre eux le supposaient éternel comme c’était le cas à l’époque de Boltzmann. D’ailleurs, sous le feu de la critique de ses contemporains qui pensaient que l’Univers était éternel, il a traversé des crises de dépression qui lui ont conduit au suicide en 1906. Quelques années plus tard, après sa mort, ses idées allaient triompher. Mais tout commença à changer dans les années 1920, avec une découverte surprenante de l’astrophysicien belge, Georges Lemaître[4] où il conclut, en travaillant sur les « équations du champ » d’Einstein – des formules mathématiques qui permirent à ce dernier d’établir sa théorie de la relativité générale et de remporter le prix Nobel, que l’univers n’avait pas toujours été stable et statique. Conséquemment, à partir de ses calculs, l'astronome belge réussit à démontrer que l'Univers avait eu un commencement[5]. De plus, les physiciens Audrey Mithani et Alexander Vilenkin, dans leurs recherches « Did the Universe have a beginning?[iv] », après avoir évalué trois scénarios censés expliquer comment l’Univers ne pouvait pas avoir de commencement, ont conclu ce qui suit :

 

« De toute évidence, nous pouvons affirmer que l’univers a eu un commencement[6]. »

 

Par ailleurs, aucun scientifique n’est sans savoir que l’Univers est réglé par des lois physiques. En ce sens, tous les scientifiques, sans exception aucune, admettent qu’il existe quatre forces fondamentales qui dirigent l’Univers : la force de gravitation, la force électromagnétique, les forces nucléaires forte et faible. Tout ce qui nous entoure ne pourrait exister sans ces quatre forces[7]. Ces dernières dictent toutes les lois de la physique et gouvernent tout l’Univers[8]. Et de ces forces surgissent des chiffres dont le réglage apparent semble quasi surnaturel, car ces constantes-là prennent des valeurs tellement précises. À contrario, l’Univers lui-même, et rien de tout ce qui existe n’aurait la moindre chance d’exister. Pour sa part, Stephen Hawking, physicien théoricien et cosmologiste, dans son livre Brève histoire du temps, a écrit :

 

« Les lois de la science, telles que nous les connaissons actuellement, contiennent certains nombres fondamentaux, comme la charge électrique de l’électron ou encore le rapport des masses du proton et de l’électron … Ce qui est remarquable, c’est que la valeur de ces chiffres semble avoir été très finement ajustée pour rendre possible le développement de la vie[3]. »

 

De par ces mots, le célèbre savant anglais veut signifier que, si tout est aussi bien équilibré mathématiquement à un degré infinitésimal pour que la vie soit possible, rien n’a été fait au hasard. Et, il a continué dans la même veine pour affirmer qu’il a calculé que si la vitesse d’expansion de l’Univers une seconde après le Big bang avait été plus courte d’un pour cent mille millions de millions, l’Univers se serait transformé  en boule de feu[4]. Cette précision, au niveau de l’Univers, est si extraordinairement fantastique sous son aspect mathématique qu’il serait complètement absurde de penser que cela provienne d’un accident ou du pur hasard. En outre, bien avant cette remarque de Stephen, Einstein qui était bien présent sur ce terrain eût à dire :

 

« L’idée que l’ordre et la précision de l’univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle est aussi peu crédible que si, après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient par terre dans l’ordre du dictionnaire[5].»

 

Encore une fois, c’est une façon claire pour ce dernier d’extirper toute supposition que le hasard pourrait calculer l’ordre régnant dans l’Univers et de supposer qu’il doit y avoir une cause intelligente à la base de tout ceci. C’est ainsi qu’Einstein, sans trop de détours, a écrit un jour de 1936 pour affirmer que, à l’arrière de cette immense machinerie qu’est l’Univers, il existe un esprit immensément supérieur à celui de l’homme[6].

 

Donc, ce qui choquait autrefois les scientifiques est maintenant bien accepté que notre Univers n’a pas toujours existé; il fut créé à un moment donné, comme absolument toutes choses l’ont été[9]. Or, tous les scientifiques sont unanimes à reconnaître que tout ce qui a un commencement à une cause. En ce sens, l’Univers doit donc avoir une cause très puissante, capable de le créer. Ainsi, l’ordre qui règne dans l’Univers est un ordre mathématiquement descriptible et précisément ajusté afin de permettre la vie. Le fait est que la vie est quelque chose de très fragile qui exige des conditions très strictes pour pouvoir se développer. Il aurait suffi que les lois et les constantes fondamentales de la physique soient légèrement différentes pour que la vie soit impossible. Autrement dit, parmi une multitude d’univers possibles, un nombre infime d’entre eux est favorable à la vie. Dans la mesure où est tel résultat est plus difficile à atteindre par hasard que par le fruit d’une intelligence, il apparaît beaucoup plus probable que l’univers soit le résultat d’une cause extraordinairement intelligente[10].

 

Le théoricien physicien, Alexander Polyakov, à son tour, arrivait à affirmer haut et fort que : « Nous savons que la nature est décrite par la meilleure de toutes les mathématiques possibles, parce que Dieu l’a créée[7]». Et, ce point de vue est exprimé par plusieurs autres grands scientifiques tels que : Albert Einstein, Stephen Hawking, qui affirment que le monde (la création, l’univers) est l’expression de la pensée de Dieu.

« Je veux savoir comment Dieu a créé le monde. Je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène, tel ou tel élément Je veux connaitre la pensée de Dieu ; le reste n’est que détails[11]. » (Einstein)

 

Le tout dernier mot de Stephen Hawking, quand il se questionnait sur le pourquoi de l’existence de l’Univers pour clore sa Brève histoire du temps, n’était pas différent de la réponse d’Einstein.

 

« Si nous trouvons la réponse à cette question, ce sera le triomphe ultime de la raison humaine – à ce moment, nous connaitrons la pensée de Dieu[12]. » (Hawking)

 

À préciser qu’il y a un demi-siècle de distance séparant ces deux scientifiques, mais cela n’a pas empêché qu’ils ressortent quasi les mêmes réponses face à la même question frontière entre Dieu et la science. Pour certains, cela pourrait devenir l’horizon de la recherche scientifique du 21ème siècle, comme l’affirme le grand théoricien Freeman Dyson, l’un des collègues de James Peebles, prix Crafoord d’astronomie 2005, en disant que « le défi est de lire la pensée de Dieu[8] », afin de savoir pourquoi l’Univers existe et comment le monde a été créé.

 

Beaucoup de scientifiques qui ne sont pas athées acceptent et défendent l'existence et la présence d'un créateur doté de pouvoirs infinis. Par exemple, l'astrophysicien Hugh Ross défend l'existence d'un créateur de l'univers qui soit au-dessus de toutes dimensions physiques[13] :

 

Par définition, le temps est la dimension dans laquelle le phénomène cause-effet se produit. S'il n'y a pas de temps, il n'a pas de cause ni d'effet. Si le temps commence avec la création de l'univers, comme il est dit dans le "théorème de l'espace-temps", alors la cause de la création de l'univers se doit d'être une quelconque entité qui opère dans une dimension temporelle complètement indépendante et, préexistante de la dimension temporelle du cosmos... Cela voudrait dire que le Créateur est transcendant, et qu'Il opèrerait au-delà des limites dimensionnelles de l'univers. Cela suggère que Dieu ne soit ni l'univers en soi, ni contenu dans l'univers[14].

 

D’ailleurs, il y a même un mouvement scientifique composé de gens comme le mathématicien William Demski et le biochimiste Michael Behe inférant qu’il doit y avoir un concepteur de l’univers et du monde biologique intelligent. Car, d’un point de vue rationnel et scientifique, toutes les évidences portent à croire qu’il doit y avoir un Créateur intelligent [9]. En outre, il s’avère que c’était le point de vue de beaucoup d’autres scientifiques , taxés de créationnistes, dont leurs noms sont pratiquement synonymes avec la progression de la science moderne. Pour eux, l’entreprise scientifique était la plus haute vocation : c’est être dédié aux pensées de Dieu[10]. C’est le cas d’Isaac Newton, le fondateur de la physique classique, quand il a déclaré :

« Ce système si merveilleux qui est l’univers avec le soleil, les planètes et les comètes ne peut que provenir de la volonté et du pouvoir d’un être intelligent… Cet être gouverne toute chose et pas seulement le monde.[15]»

 

Louis Pasteur, le fondateur de la microbiologie, a pour sa part fait cette déclaration :

« Plus j’étudie la nature et plus je suis émerveillé par les travaux de notre Créateur. La science me ramène plus proche de Dieu.[16] »

 

Il est aussi très célèbre pour avoir déclaré qu’un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène, ce, pour signifier que Dieu se trouve au cœur même de la science.  Nicolas Copernic, le fondateur de la cosmologie héliocentrique, de son côté, a dit :

 

« Le fait de connaître les œuvres grandioses de Dieu, d’essayer de comprendre sa sagesse, sa majesté et son pouvoir et d’apprécier d’une certaine manière le fonctionnement de ses lois, est certainement une manière d’adorer Dieu, pour qui l’ignorance ne peut pas être plus reconnaissant que la connaissance.[17] »

 

Donc, tout au long de l’histoire de l’humanité, nous avons remarqué que la science a beaucoup évolué. Cependant, elle ne peut s’ériger en maître, en ce qui a trait aux grandes questions qui depuis des temps immémoriaux font couler beaucoup d’encre en donnant du fil à retordre, quant à ses conclusions sur la question de l’existence de Dieu. Elle ne peut que le révéler en tenant compte des faits et des récentes découvertes scientifiques.

 

Conclusion

En effet, si les scientifiques sont tous d’accord que tout ce qui vient à l’existence a une cause qui n’est pas le hasard, comme nous l’avions élaboré dans les lignes précédentes et que l’Univers a commencé à exister, alors l’Univers a donc une cause … et la cause surnaturelle doit-être un être qui n’a aucune cause, invariable, immatériel et en dehors du temps. En outre, c’est ce qu’un auteur a pu arguer quand il affirme que l’Univers n’est pas né dans le temps mais avec le temps[11]. Par la suite, Einstein soutiendra exactement la même chose en stipulant que s’il existe une ère avant la création de l’espace, du temps et de la matière, une ère avant le big bang, celle-ci ne relève plus de la science mais plutôt de la quête métaphysique.

 

Tout ceci ne fait qu’attester l’évidence que tout pointe vers un créateur – le Créateur. Car, le principe, c’est que tout ce qui commence à exister doit avoir une cause. L’être ne peut provenir du non être[12]. Ainsi pourrait-on se demander qui est à l’origine de Dieu? Et, étant donné que Dieu n’a jamais commencé d’exister, il n’a besoin d’aucune cause. Il n’est tout simplement jamais venu à l’existence[12]. Dieu est Éternel. Ce pourquoi bon nombre d’entre eux étaient toujours en quête et ne cessent de chercher à connaitre les pensées de ce Dieu créateur qui a toujours été à l’origine de toutes choses.

Rosemond SAINT-PAULIN
Secrétaire Général de Standing 4 Christ Ministry

rosardise2003@yahoo.fr 

Références

 

[1]        K. D. Georges Smoot, Les rides du temps : L’univers, trois cent mille ans après le Big Bang. Paris: coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique », 1994.

 

[2]        I. et G. BOGDANOV, Le Code secret de l’univers. Albin Michel, 2015.

 

[3]        S. Hawking, “A brief History of Time,” Flammarion., Bantam Books, 1988, p. 1989.

 

[4]        L. STROBEL, Plaidoyer pour la foi -, Vida. France: Présence Graphique-Monts, 2002.

 

[5]        I. et G. BOGDANOV, La fin du hasard. Grasset & Fasquelle, 2013.

 

[6]        I. et G. BOGDANOV, Le visage de Dieu. Grasset & Fasquelle, 2010.

 

[7]        I. et G. BOGDANOV, Le visage de Dieu-. Grasset & Fasquelle, 2010.

 

[8]        F. Dyson, Infinite in All Directions. New York: Harper & Row, 1988.

 

[9]        L. STROBEL, Plaidoyer pour la foi, Vida. France: Présence Graphique-Monts, 2002.

 

[10]      C. Ray, Faits scientifiques dans la Bible : 100 raisons de croire à l`origine surnaturelle de la Bible. 2001.

 

[11]      I. et G. BOGDANOV, Le visage de Dieu. Grasset & Fasquelle, 2010.

 

[12]      L. STROBEL, Plaidoyer pour la foi., Vida. France: Présence Graphique-Monts, 2002.


[1] https://comprendredieu.com/dieu-existe-t-il/dieu-existe-t-il-version-texte/  (consulté le 08/01/2019)

[2] https://jpcmanson.wordpress.com/2013/01/29/quest-ce-quun-scientifique/

[3] https://explorable.com/fr/quest-ce-que-la-methode-scientifique

[4] https://www.mondedemain.org/revues/2012/octobre-decembre/d-ou-vient-l-univers (consulté le 11/01/2019)

[5] http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html (consulté le 23/01/2019)

[6] https://www.mondedemain.org/revues/2012/octobre-decembre/d-ou-vient-l-univers

[7] http://viontechnologie.e-monsite.com/pages/l-univers/la-theorie-du-tout.html

[8] http://www.univers-astronomie.fr/articles/univers/57-les-forces-fondamentales.html

[9] https://www.mondedemain.org/revues/2012/octobre-decembre/d-ou-vient-l-univers  (consulté le 11/01/2019)

[10] https://comprendredieu.com/dieu-existe-t-il/dieu-existe-t-il-version-texte/  (consulté le 08/01/2019)

[11] Propos recueillis par E. Salaman, « A Talk With Einstein », The Listener 54 (1955)

[12] Stephen Hawking, op. cit.

[13] http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html#8 (consulté le 08/01/2019)

[14] http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html#8  (consulté le 09/01/2019)

[15] Isaac Newton, Principia, livre N°3, cité dans « Une sélection des écrits de Newton » de H.S. Thayer, p.42

[16] Tiré du livre de John Hudson Tiner « Louis Pasteur, fondateur de la médecine moderne », 1990

[17] Cité dans « Les chevaliers parmi les nations », 1907, de Louis E. Van Norman, p. 290

 

 

[i] La méthode scientifique désigne l'ensemble des canons guidant ou devant guider le processus de production des connaissances scientifiques, qu'il s'agisse d'observations, d'expériences, de raisonnements, ou de calculs théoriques.

 

 

[ii] Un cosmologiste est un chercheur dont la recherche porte sur la genèse, l'histoire, la structure, les contenus et l'évolution de l'univers. Il s'agit habituellement d'un astrophysicien ou d'un physicien s'étant spécialisé en cosmologie. https://fr.wikipedia.org/wiki/Cosmologiste

 

 

[iii] Pour de plus amples informations sur le concept, vous pouvez visiter le lien suivant : https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/physique-entropie-3895/

 

 

[iii] Les auteurs discutent de trois scénarios candidats qui semblent permettre la possibilité que l’univers ait existé pour toujours sans singularité initiale: inflation éternelle, évolution cyclique et univers émergent. Les deux premiers de ces scénarios sont géodésiquement incomplets par rapport au passé et ne peuvent donc pas décrire un univers sans commencement. La troisième, bien que stable par rapport aux perturbations classiques, peut s’effondrer mécaniquement de manière quantique et ne peut donc pas avoir de passé éternel. https://arxiv.org/abs/1204.4658