Discerner la volonté de Dieu
Dans les deux précédents papiers, nous avions donc élaboré sur les deux premières parties du texte de Romains 12 v 2. Dans le premier article [1], nous avions identifié le public auquel l’apôtre Paul s’adressait et avions exposé les caractéristiques du siècle présent ainsi que le stratagème utilisé (la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l’orgueil de la vie)[i], depuis toujours, par le diable pour séduire l`humanité, en particulier les enfants de Dieu pour les inciter à transgresser la loi de Dieu. Aussi avions-nous montré ce que la non-conformité des chrétiens au système du monde actuel pouvait engendrer comme conséquences : souffrances et persécutions. Ensuite, dans le deuxième article [2], nous avions pris le soin d`analyser les expressions «soyez transformés» et «renouvellement de la pensée», afin de faire ressortir le lien existant entre ce que nous sommes à l`intérieur, en tant que croyants, et ce que nous affichons comme conduite ou comportement eu égard à ce que nous sommes. Étant donné que, être chrétien, c`est adopter un mode de vie entretenu par la Parole de Dieu, conséquemment distinct de celui du monde, nous avions indiqué que cette différence commence d`abord au niveau de la pensée de notre homme intérieur avant d’être remarqué dans notre façon d`agir.
 
Ainsi, dans ce présent article, nous allons articuler notre réflexion autour de l’expression « Discerner la volonté de Dieu ». Dans le passage à l`étude, nous avons remarqué que cette dernière, étant la conséquence qui découle de la corrélation des deux impératifs précédents, est introduite par la locution conjonctive « afin que », pour marquer l’intention et le but visés par les exhortations de l’apôtre aux chrétiens de Rome. De ce fait, nous tenons à explorer les termes « discerner » et « volonté » pour pouvoir enfin élucider l’expression.
 

I-   Sens du mot « Discerner »

Il est donc important de comprendre la portée du mot pour déterminer le sens du discours de l’apôtre. Il y a plusieurs termes grecs qui traduisent le mot « discerner », tels que : diacrino, diacrisis, dokimazo, krino ; mais, en ce qui a trait à leur utilisation, ils n’ont pas tous le même sens. Pour ce, nous tenons à analyser le terme grec qui le traduit dans le passage en examination qu’est « dokimazo[1]». Ce dernier donne l’idée de « examiner, éprouver, sonder, approuver ». Donc c’est le fait de chercher à pénétrer, à connaitre ou bien à comprendre les intentions, les pensées de quelqu’un pour percevoir sans ambiguïté ce qu’il veut.
 

II- Facettes de la volonté de Dieu.

Parlant de la volonté de Dieu, selon John Piper, « il existe deux significations claires et très différentes de cette expression à travers la Bible [3]».  En ce sens, il importe de les connaitre, eu égard au contexte, pour déceler à laquelle des deux l’apôtre fait référence. Ainsi, cela nous permettra de bien comprendre toute l’acception du mot « discerner » dans le contexte que Paul l’a utilisé, dans la troisième partie du verset 2 de Romains 12. Pour ce faire, il est donc capital de saisir les deux portées de la volonté de Dieu.
 
            II-1. La volonté souveraine de Dieu

La volonté souveraine de Dieu est celle que Dieu ne révèle à personne. Ainsi, l’homme, dans sa quête, essaie, à tout bout de champ, de se donner des réponses en faisant beaucoup de gymnastique intellectuelle pour expliquer ce côté de Dieu. C’est en ce sens qu’ils inventent toutes sortes de doctrines philosophiques dont certaines sont prises en  exemple dans notre premier article [1], pour spéculer sur ce qu’ils ne maitrisent pas. D’ailleurs, c’est l’un des attributs divins de Dieu : Sa souveraineté. Job, dans sa période d`épreuves, a reconnu que « Dieu peut tout, et que rien ne saurait Lui empêcher d’accomplir les projets qu`Il a conçus » (Job 42 v 2). En ce sens, nous allons prendre un texte parmi les multiples textes[ii] existant, à cet effet, dans la Bible pour étayer ce fait. Paul a cité une portion de texte de l’Ancien Testament, pour parler de ce côté souverain de Dieu de la sorte:
 
Or, Dieu a un plan qui s'accomplit selon son libre choix et qui dépend, non des actions des hommes, mais uniquement de la volonté de celui qui appelle. Et pour que ce plan demeure, c'est avant même la naissance de ces enfants, et par conséquent avant qu'ils n'aient fait ni bien ni mal, que Dieu dit à Rébecca : L'aîné sera assujetti au cadet (Genèse 25 v 23). Ceci s'accorde avec cet autre texte de l'Ecriture : J'ai aimé Jacob et pas Esaü. Mais alors, que dire ? Dieu serait-il injuste ? Loin de là ! Car il a dit à Moïse : Je ferai grâce à qui je veux faire grâce, J'aurai pitié de qui je veux avoir pitié. Cela ne dépend donc ni de la volonté de l'homme, ni de ses efforts, mais de Dieu qui fait grâce (Exode 33 v 19).

Dans l'Ecriture, Dieu dit au pharaon : Voici pourquoi je t'ai fait parvenir où tu es : pour montrer en toi ma puissance, et pour que, sur la terre entière, on proclame qui je suis (Exode 9 v 15-16). Ainsi donc, Dieu fait grâce à qui il veut et il endurcit qui il veut.Tu vas me dire : pourquoi alors Dieu fait-il encore des reproches ? Car qui a jamais pu résister à sa volonté ? (Romains 9 : 11-19, version Semeur)
 

Ici, dans ce texte[iii], Paul  nous présente deux faits pour montrer la volonté souveraine de Dieu. Premièrement, par cette ci­ta­tion : « J'ai aimé Jacob et pas Esaü [iv]», avant même leur naissance, il veut faire res­sor­tir que la pré­fé­rence et la prépondérance ac­cor­dées à Ja­cob et à ses descen­dants ne sont pas mo­ti­vées par leurs mé­rites, mais par la seule vo­lonté souveraine ou absolue de Dieu. Et, deuxièmement, nous comprenons que Dieu, dans sa Souveraineté, a choisi d’éclater Sa gloire en faisant choix de Pharaon. Et, selon John MacArthur, « Pharaon pensait certainement que sa position et ses actions ne dépendaient que de son libre choix en vue des buts qu’il s’était fixés, mais il servait en réalité le but de Dieu [4]». Dans les deux cas, Il a fait toutes choses selon le conseil de Sa volonté (Ep 1 : 11). Dans ces circonstances, il n’y a que Dieu qui puisse connaitre la raison de Ses actions.
 
D’après Piper, c’est la première portée de la volonté de Dieu : le contrôle souverain de Dieu sur toutes choses. Nous appelons cela «la volonté souveraine de Dieu» ou « Sa volonté décrétée [3] ». Elle ne peut céder. Elle se réalise toujours. Ainsi, le prophète Daniel a fait remarquer que «Dieu agit comme il lui plaît avec l’armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n’y a personne qui résiste à sa main et lui dise: Que fais-tu?» (Da 4 :35).
 
               II-2. La volonté révélée de Dieu 

La volonté révélée de Dieu est celle exprimée dans Ses commandements au travers de la Bible[v], Sa Parole révélée [3]. À cette volonté-là, nous échouons quasi quotidiennement en désobéissant aux commandements de Dieu dans les Écritures (1 Jean 3 : 4) à cause de nos manquements ou de notre ignorance. C`est ainsi que Paul, dans un premier temps, dans sa lettre aux chrétiens de Thessalonique, a rappelé ce que Dieu attend d`eux en ces mots :
           
Ce que Dieu veut, c'est que vous meniez une vie sainte : que vous vous absteniez de toute immoralité ; que chacun de vous sache gagner une parfaite maîtrise de son corps pour vivre dans la sainteté et l'honneur, sans se laisser dominer par des passions déréglées, comme le font les païens qui ne connaissent pas Dieu. (1 Th 4 : 3-5, version Semeur)
 
Par là même, nous voyons que Dieu a explicité très clairement dans ce passage ce qu`Il veut des chrétiens Thessaloniciens. Et, dans un second temps, un peu plus loin dans la même lettre, l`apôtre a fait part d`un autre aspect spécifique de ce que Dieu espère de nous en ces termes:
                                                                                                    
Remerciez Dieu en toute circonstance : telle est pour vous la volonté que Dieu a exprimée en Jésus-Christ. (1 Th 5 :18, version Semeur)
 
Dieu veut que nous Le remerciions en tout temps pour toutes les circonstances. Nous ne devons jamais, étant chrétiens, nous approcher de Dieu sans Lui rendre grâce pour toutes choses (Ep 5 :20); car, nous sommes tous tributaires de Lui. Pour Piper, « c`est l`autre portée de la volonté de Dieu dans la Bible que nous appelons Ses commandements [3] »
 

III. Contexte de la Volonté de Dieu dans le texte

Maintenant, dans cette partie, nous sommes amenés à contextualiser l’expression  utilisée par Paul dans le verset 2 du texte de Romains 12. De cette manière, nous tenons à définir la notion de « volonté » et montrer à quel type de volonté que l’apôtre faisait allusion.
 
            III-1. Volonté, quid ?

Volonté, selon le dictionnaire[2], peut signifier ce que chacun souhaite ou décide de faire. Cependant, volonté, dans le contexte du texte, est traduite par « thelema » en grec. En ce sens, il y a même un courant philosophique occulte, baptisé du même nom « Thelema [3]», ayant pris naissance au début du 20e siècle, fondée par Aleister Crowley, un occultiste. Il devient une religion qui embrasse le libertinage en enseignant que les gens ont le droit de faire ce qu’ils veulent. Néanmoins, nous tenons à rectifier qu’ici, ce dernier (thelema) est utilisé pour exprimer l’intention de ce que quelqu’un souhaite qu’un autre fasse. En un mot, il traduit le désir de « ce que Dieu veut que nous fassions en suivant Ses commandements et Ses préceptes [4]», et non de faire ce que nous voulons comme prétendent les thélémites[5].
 
            III-2. Compréhension de l’expression dans le texte

À la vue de ces deux aspects de la volonté de Dieu, nous voyons clairement que, dans le texte, il ne peut s’agir de la volonté souveraine de Dieu ; car personne ne peut arriver à examiner, à comprendre, ou à percer cet aspect de Dieu.  Sa volonté souveraine est invisible et inconnaissable à l’avance. Ainsi, il est clair que nous ne puissions discerner une telle volonté. Donc, quand l’apôtre a fait mention de cette expression dans la troisième partie du texte thématique à l’étude, il veut parler incontestablement de la volonté de Dieu, révélée déjà dans Sa Parole, que nous ne pouvons déceler qu’à partir de Ses préceptes et de Ses commandements. Ainsi lisons-nous :
 
«Les choses cachées sont à l’Éternel, notre Dieu; les choses révélées sont à nous et à nos fils, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi » (Deutéronome 29 :29, version courante LSG).

À regarder ce texte, nous comprenons que le peuple ainsi que sa postérité la plus lointaine ne doivent pas se préoccuper du dénichement des choses cachées de Dieu, ou de chercher à s`initier aux secrets di­vins; mais plutôt de chercher à connaître la vo­lonté di­vine qu’ils sont ap­pelés à accomplir, et celle-ci, dit Moïse, nous la pos­sé­dons suf­fi­sam­ment (Deutéronome 30 : 8-10). Et, dans les considérations faites sur les passages étudiés plus haut,  nous voyons  que la volonté de Dieu est clairement explicitée et révélée dans ces derniers. D`une part, dans 1 thessaloniciens. 4 :3-5, Il veut que nous soyons saints et que nous nous gardions de l`immoralité. Ainsi voyons-nous que la transformation par le renouvellement de la pensée nous amènera à discerner la volonté de Dieu par l’entremise de Ses commandements concernant : la sainteté, la sanctification et la pureté sexuelle. Et d`autre part, dans 1 thessaloniciens 5 : 18, Il veut que nous Lui exprimions notre reconnaissance dans toutes les circonstances. Et cette volonté-là, quand nous la transgressons, que nous ne cessons d’ailleurs de bafouer à tous les jours, entrave notre relation avec Dieu en amenant de pénibles difficultés dans notre vie.
 

IV-  Comment discerner la volonté de Dieu ?

L’adverbe « comment », dans les phrases interrogatives,  sert à poser une question sur la manière de faire quelque chose, sur le moyen de parvenir à un résultat[6]. Donc, sans équivocité, nous comprenons rapidement que « discerner la volonté de Dieu », c’est le fait de reconnaitre comme véritable ce que Dieu veut que nous fassions, après approbation de Sa Parole. De cette manière-là, il n’y a pas matière à discussion pour se leurrer. Pour pouvoir connaitre Sa volonté, il faut se laisser transformer par le renouvellement de la pensée[vi]; ce qui produira un résultat comportemental concret [2]. Et, ce processus se fait par l’imprégnation et la méditation régulière de la Parole de Dieu. Ainsi, l’Esprit de Dieu nous conduira dans toute la vérité, afin de nous illuminer. En somme, Sa Parole est le moyen par lequel nous pouvons connaitre ce qu’Il veut et attend de nous en tant que Ses enfants.
 
V- Pourquoi discerner la volonté de Dieu ?

La raison principale de discerner la volonté de Dieu provient de ce que nous sommes. Le fait de servir Dieu par conviction, cela nous donne du plaisir, en tant que Ses enfants, à chercher ce qu’Il exige de notre nouvelle position en Christ. Voici quelques motifs pour lesquels nous devons chercher à « discerner la volonté de Dieu »
 
    a) Pour savoir quoi faire dans les situations où la vérité biblique ne nous dicte pas de réponse spécifique dans les choix que nous devons faire[vii]. (Proverbes 11 :14 ; 15 : 22)
    b) Pour voir et évaluer chaque facteur pertinent avec l’orientation de l’Esprit pour accomplir ce que Dieu nous appelle à faire. (Psaumes 32 : 8)
   c) Pour mettre en pratique la Parole dans les nouvelles situations de la vie en utilisant notre pensée renouvelée. (Jacques 1 : 22)
     d) Pour pouvoir produire de bons fruits en tant que bon arbre. (Matthieu. 12 : 33)
    e) Pour renforcer notre conviction en Dieu quand le vent du découragement veut nous faire douter de Ses promesses. (2 Thessaloniciens 3 : 3)
    f) Pour démasquer les plans de l`ennemi ainsi que ses ministres qui se déguisent en ange de lumière pour nous séduire et nous faire pécher contre Dieu. (2 Corinthiens 11 : 13-15)
 
En fait, « discerner la volonté de Dieu », comme l’a fait remarquer John MacArthur, cela doit concourir à nous rendre aptes à « mener une vie sainte que Dieu approuve [4] ». Et c’est ce qui nous garantit le passe-droit de jouir des bénédictions de Dieu, de prier selon Sa Parole, et de pouvoir réaliser ce qui est bon, ce qui lui est agréable et parfait, conformément à Sa volonté.
 

VI- Conclusion

Au regard de ces passages et de nombreux autres, nous concluons pour dire qu’il y a deux portées à considérer quand nous parlons de la volonté de Dieu. Et, il est important de comprendre et de croire les deux façons. L’une d’elles est appelée la volonté souveraine de Dieu. Elle s’accomplit dans nos vies indépendamment du vœu de notre cœur (Ps 115 : 3). Elle ne dépend pas de notre obéissance. Et l’autre est appelée la volonté révélée de Dieu et fait appel à notre obéissance, non pas sous la contrainte, mais par amour pour notre Seigneur (Jean 14 : 15). C`est de cette dernière que l`apôtre nous parle dans la troisième partie du texte de Romains 12 v 2. Vu que nous sommes encore sur la terre et que nos trois principaux ennemis – la chair, le monde et le diable – nous guettent à tous les jours, nous pouvons, en ce sens, par manque de discernement, échouer dans l’accomplissement de Ses commandements.
 
Étant donné que « discerner la volonté de Dieu » c`est le résultat concret de notre détermination à vivre pour Lui et de notre implication à vouloir nous transformer par le renouvellement de la pensée, ce qui représente l`antithèse de la première partie du texte : « ne vous conformez pas au siècle présent », le croyant se doit, par conséquent, de nourrir sa pensée de bonnes intentions pour ce changement en profondeur vers le meilleur (Philippiens 4 v 8). Et ce renouvellement est un processus qui ne peut se faire que par la méditation de la Parole de Dieu. Ce qui va nous amener à nous adresser au Seigneur par la prière selon Ses désirs (Jacques 4 v 3). Alors, nous comprenons promptement que le socle de toute la bonne marche de la vie chrétienne réside dans l`obéissance aux commandements de Dieu. En un mot, elle réside dans la pratique quotidienne de la volonté révélée de Dieu, avec l’aide du Saint-Esprit, pour que ce qui déborde soit bon, acceptable et parfait.
 
                     « Discernons la volonté de Dieu pour notre bonne marche avec Lui » Psaumes 119 :9
 

Rosemond SAINT-PAULIN
Secrétaire Général de Standing 4 Christ Ministry


 
 
RÉFÉRENCES CITÉES

[1]R. Saint-Paulin, « Ne vous conformez pas au siècle présent », www.s4cministry.org. [En ligne]. Disponible sur: http://www.s4cministry.org/ne-vous-conformez-pas-au-siegravecle-preacutesent.html. [Consulté le: 07-oct-2017].

[2] R. Saint-Paulin, « Soyez transformés par le renouvellement de la pensée »,www.s4cministry.org. [En ligne]. Disponible sur: http://www.s4cministry.org/soyez-transformeacutes-par-le-renouvellement-de-la-penseacutee.html. [Consulté le: 07-oct-2017].


[3] J. Piper, « Quelle est la volonté de Dieu et comment la connaître? »,https://www.desiringgod.org, 2004. [En ligne]. Disponible sur: https://www.desiringgod.org/messages/what-is-the-will-of-god-and-how-do-we-know-it?lang=fr. [Consulté le: 02-nov-2017].

[4] J. MacArthur, La Sainte Bible  avec commentaires de John MacArthur, 4e Edition. Société Biblique de Genève, 2010.
 
[1] https://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-dokimazo-1381.html

[2] www.mediadico.com/dictionnaire/definition/volonte/

[3] https://www.gotquestions.org/Thelema.html

[4] https://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-thelema-2307.html

[5] Les adeptes de la religion Thelema.  https://www.gotquestions.org/Thelema.html

[6] http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4052


_____________________________________
[i]  Voir R. Saint-Paulin, « Ne vous conformez pas au siècle présent », page 8 dans la version .pdf
 
[ii] Dans le texte de 1 Pierre 1 :18-20, nous voyons que Dieu avait prévu Son plan de rédemption dès avant la fondation du monde. Il avait prévu de nous racheter par la mort de Son Fils, Jésus-Christ, avant qu`Il ait créé l`homme ou quoi que ce soit. Et, Il a été arrêté selon la volonté décrétée de Dieu pour être mis à mort (Actes 2 : 23).
 
[iii] L’apôtre Paul utilisa cet endurcissement comme un exemple de la volonté impénétrable de Dieu et de sa puissance absolue : il intervient comme il le veut, mais cela ne supprime pas, pour autant, notre responsabilité personnelle quant à nos actes.

 
[iv] Dans la citation  de Malachie 1 :2-3, selon la lecture de John MacArthur, « il ne s’agit pas d’un sentiment réel de haine vis-à-vis d’Esaü et de sa postérité. Malachie, qui fit cette déclaration plus de 1500 ans après leur mort, analysait ces deux hommes – et par extension les peuples (Israël et Edom) issus d’eux – en constatant que Dieu avait choisi de bénir et protéger l’un et d’abandonner l’autre ».
 
[v] Et, nous savons fort bien que la Bible, qui contient les préceptes et les commandements de Dieu, est la révélation finale de Dieu à l'humanité. À ce propos, Mauley Colas, vice-président de Standing 4 Christ Ministry, dans ses articles intitulés respectivement : « La Bible: Confrontation entre la pensée chrétienne et la ​pensée séculaire » et « La particularité de la Bible », en dit longuement. 
 
[vi] La Parole de Dieu est la clé de ce renouvellement d’esprit. Ce travail effectué par l’Esprit portera le croyant à prier selon la volonté de Dieu, en faisant de Dieu ses délices (ses priorités) comme exprimé dans le livre des Psaumes au chapitre 37 v 4  dans toutes ses entreprises.
 
[vii] La Bible ne nous dit pas quelle personne épouser, ni quelle voiture conduire, ni si nous devons devenir propriétaire d’une maison ou non, ni où prendre nos vacances, ni quel forfait téléphonique choisir, ni quelle marque de jus d’orange nous pouvons boire. Elle ne donne pas de réponse spécifique à tous les choix que nous devons faire.